MENU

Organisateur

ACF en Aquitaine
Email
acf.dr-aquitania@causefreudienne.org

L’autiste et son bord.

L’autisme, repéré en 1943 par Léo Kanner est diagnostiqué selon des critères de plus en plus larges jusqu’à devenir aujourd’hui un enjeu de Santé Publique. Pourquoi cette passion nouvelle pour l’autisme ? À l’époque de « l’Autre qui n’existe pas », la solitude est devenue problématique pour un grand nombre de sujets. La solitude des autistes, leur inadéquation au monde trouvent-elles en nous une résonance particulière tandis que l’Autre s’efface ? 

Si le discours contemporain fait valoir une distinction entre « neurotypie » et « autisme », l’approche psychanalytique propose de saisir autrement la différence autistique, à partir du « fonctionnement subjectif » et de la manière de se protéger du désir de l’Autre. Dans son dernier ouvrage La différence autistique, Jean-Claude Maleval fait valoir qu’« à l’encontre d’une opinion reçue, l’autiste s’intéresse beaucoup aux autres, sa solitude n’est pas fondée sur une volonté de retrait social, mais sur un évitement du désir de l’Autre, lequel suscite son angoisse majeure ». Tout clinicien à l’écoute du sujet autiste ne peut manquer de constater que la position de repli de l’autiste n’est pas articulée à un rejet radical de l’Autre. À partir des témoignages des sujets autistes, Jean-Claude Maleval extrait le concept de « bord autistique », frontière sur laquelle ils prennent appui pour se protéger et tenter de construire un lien social.

Dans ces conditions comment, dans la pratique avec les sujets autistes, favoriser les potentialités défensives du bord autistique ? Quelle est la spécificité de l’accueil et de la réponse du psychanalyste dans sa rencontre avec le sujet autiste ?

À travers un échange avec Jean-Claude Maleval et la présentation de vignettes cliniques, nous mettrons au travail ces questions au cours de la prochaine soirée de l’ACF en Aquitaine. 

Infos pratiques

Date

27 Mai 2024

Heure

21h00